Collectif de photographes auteurs facebook
Accueil » Membres » Jean-Louis Hess

Jean-Louis Hess

Né en 1953 à Oran. 
Photographe indépendant. 
Enseigne à l’Université de Strasbourg. 
Membre fondateur de Chambre à Part. 
jl.hess@wanadoo.fr 
 - 06 33 71 66 78

atelier à Zone d’art, 2 rue du Rhin Napoléon, 67000 Strasbourg 

 

Documents Terre

Extraits d'une série en cours intitulée Nouvelle nature
Le paysage que nous habitons n'est pas la nature, mais un mixte où cohabitent tant bien que mal toutes sortes d'espèces vivantes et la multitude des traces de l'activité humaine. Nous remodelons le paysage en permanence, rejetant des déchets, polluant, abandonnant nos restes. Une lutte sans cesse renouvelée s'engage entre le vivant et ces rejets inorganiques, qui aboutit à de précaires équilibres où la volonté de vivre s'affirme, recule, succombe ou triomphe, mais la plupart du temps trouve un modus vivendi. Certaines espèces végétales ou animales disparaissent, d'autres s'adaptent en d'improbables hybridations. Une « nouvelle nature » émerge, qui accorde en d'étranges harmonies l'organique et le déchet.

 

La peau de Beyrouth

« Beyrouth est-elle belle, en elle-même ? L'agitation, les paroles, la bousculade, le vacarme du commerce n'avaient jamais permis que surgisse une telle question. Beyrouth n'était pas une ville, mais une idée, un concept, un mot, une façon de dire. La ville imprimait des livres, diffusait des journaux, organisait des colloques où l'on traitait des questions planétaires, mais ne prêtait aucune attention à elle-même. Elle ne pensait qu'à tirer la langue aux sables et à l'oppression qui la cernait de toutes parts. Un atelier de liberté, avec, entre ses murs, l'encyclopédie du monde nouveau. Un atelier graphique, peut-être la première ville au monde où l'affiche devint journal quotidien. Peut-être est-ce sa puissance d'évocation, faite de diversité, de mort, d'anarchie, de liberté, d'exil, de peuples mélangés, qui la fit épuiser tous les supports traditionnels et déborder sur l'affiche, en poèmes, en prose, pour évoquer ce qui était unique? Visages sur les murs, martyrs à peine sortis de la mort et des presses. (Mahmoud Darwich, Une mémoire pour l'oubli)

 

Nus

Travail en cours sur le corps et l'image-temps

 

Printemps de Cahors

Sur les bords du Lot, prêter attention aux objets que les turbulences du fleuve, en guerre avec la violence des rives, déposent : traces du jeu des pleins et des vides, chaque chose est miraculeusement à sa place. Série de 40 photos couleur 90x120 cm.

 

Saint-Dié-Holga

Délaissant les appareils sophistiqués et lourds que j’utilise la plupart du temps, je me suis attaché à travailler ici en argentique avec un « Holga », une sorte de boîte à savon en plastique munie d’un « objectif » rudimentaire. Pas de réglage, un vrai jouet aux performances approximatives. La photo dans son plus simple appareil : regarder, viser, déclencher. Priorité aux petits bonheurs des rencontres.